Quelles sont les danses les plus populaires dans les Caraïbes

Lorsque nous parlons de danses des Caraïbes, nous faisons référence à trois danses – la salsa, le merengue et la bachata – dont les origines remontent à une zone assez limitée : la mer des Caraïbes. Plus précisément, les trois disciplines qui composent ce petit groupe de danses trouvent leurs racines dans les traditions cubaines et portoricaines, même si, au fil du temps, des influences extérieures (latines et non latines) ont largement contribué à la définition des figures et des mouvements qui représentent aujourd’hui la particularité de chacune d’entre elles.

Salsa !

Son nom vient du fait que cette danse antillaise est un mélange de différentes danses d’origine cubaine (mambo, merengue dominicain, chachacha, paanga et rumba) auxquelles ont été ajoutés des pas et des mouvements empruntés aux danses nord-américaines, notamment le swing et les claquettes. Répandue à New York entre la fin des années 60 et le début des années 70, la salsa a deux écoles de référence ; la première est la cubaine (« circulaire ») tandis que l’autre est la portoricaine (« linéaire »). La principale différence entre les deux danses est que dans la première on a tendance à décrire un cercle lors de l’exécution des mouvements et des chorégraphies alors que dans la seconde la structure est globalement plus élégante et régulière.

Merengue !

Les origines anciennes de cette danse, selon certaines sources, trouvent leur fondement dans les mouvements forcés des esclaves dans les champs contraints de transférer rythmiquement le poids du corps d’un pied à l’autre. Il est presque certain que le merengue est né en République dominicaine entre le XVIe et le XVIIe siècle. La musique est jouée par trois instruments différents : le guide, la Tambora et l’accordéon. Le premier était joué par les indigènes dominicains, le second a des origines africaines, tandis que l’accordéon a été introduit au XIXe siècle par les Allemands. Cela montre l’origine « mixte » de cette danse, dont le nom signifie « meringue ». Cette association résulterait de la similitude entre les mouvements de la danse et ceux nécessaires à la préparation du dessert. Le merengue, en effet, se caractérise par un rythme assez rapide (temps 2/4), syncopé et sensuel. Depuis 2016, il est inscrit au patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO ;

Bachata !

Cette danse est née au début du vingtième siècle, la Bachata est également originaire de la République dominicaine. Cette danse a réussi à résister et à surmonter l’ostracisme des autorités qui la considéraient comme « vulgaire » en raison du contact physique continu entre l’homme et la femme. À l’origine, la bachata ne comportait aucune figure ou chorégraphie particulière : l’homme et la femme ne faisaient que s’enlacer et se balancer sur les notes de la « música de amargue ».

Le Bob Marley Museum, le rendez-vous incontournable à Kingston
Les choses que vous ne savez pas sur la culture créole